Tennis de Table Tops Repentigny

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Le club Qui sommes-nous ?

Historique

Envoyer Imprimer PDF
Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4

LA PETITE HISTOIRE D’UN GRAND CLUB

30 ans déjà que les jeunes de la région bénéficient d’un Club de tennis de table. Des centaines de joueurs, des dizaines d’entraîneurs et un tas de parents bénévoles sont passés et passeront encore.

Cela peut paraître un peu bizarre mais c’est grâce à la qualification de Danielle Sylvestre pour les Jeux du Québec de 1980 à St-Hyacinthe que nous pouvons raconter la p’tite histoire d’un grand Club, celle du Club Tops.

2ième dans sa catégorie lors de la finale régionale de 80 alors que seulement une athlète par catégorie d’âge pouvait se sélectionner. Elle croyait fermement ne pas pouvoir aller aux Jeux. Cependant, la jeune fille qui avait terminé première s’était aussi qualifiée pour l’équipe de Ringuette de la région et décida donc de ne pas participer à la compétition de tennis de table. C’est donc à ce moment que Danielle reçu son laissez-passer pour les Jeux du Québec…

La participation des Sylvestre (Caroline et Danielle comme joueuses, Fernand et Lucie comme entraîneurs accompagnateurs) aux Jeux du Québec de 1980 à Thetford Mines aura servi de catalyseur pour mettre en branle un club de tennis de table à Repentigny.

À la suite de cette expérience pour le moins inoubliable, Lucie et Fernand s’engageront dans une histoire de fou pour mettre sur pied le club ToPS.

Une collaboration entre plusieurs personnes et instances aura permis de mener à bien cette quête. On existe donc depuis 25 ans déjà et nous sommes sans aucun doute une espèce rare en terme de longévité pongiste pour un Club au Qc.
Parmi les plus importants acteurs , on retrouve la Ville de Repentigny et son régisseur aux sports Réal Alarie, la Fédération de tennis de table du Québec, Monsieur et Madame Sylvestre.

LES DÉBUTS

Les premières balles frappées au club l’ont été ici même dans les corridors de la polyvalente Jean-Baptiste Meilleur sous la supervision de Roger Allard. Environ 10 à 15 jeunes étaient inscrits au club à ce moment là.
Pendant ce temps, un premier conseil d’administration officiel fût créé. Fernand Sylvestre président, Lucie Sylvestre secrétaire trésorière et Roger Allard directeur formeront le tout premier C.A de l’histoire du Club ToPS.

Développement du Club

Le nombre grandissant de bons résultats des jeunes pongistes du club lors de nos premières années deviendra l’argument no.1 pour transférer le Club dans un vrai gymnase au début des années 80 .
La tenue de plusieurs évènements permettra au club de solidifier ses bases. Comme à peu près tous les organismes sans but lucratif, le club devait trouver du financement pour lui permettre de payer des entraîneur et aussi acheter de l’équipement de qualité. L’une des idées par les membres du conseil pour amasser des fonds aura été de tenir un premier Ping-O-Thon dans le centre commercial de Repentigny. Cette campagne de financement était toute particulière et les athlètes appréciaient vraiment de jouer devant autant de personnes. Les passants étaient invités à venir battre les pongistes du club pour seulement quelques dollars…L’histoire ne dit cependant pas combien de défaites les joueurs du Club ont subit. Ce fût un grand succès sur toute la ligne.

Malgré le nombre limité de membres au Club, plusieurs joueurs obtiendront de très bons résultats au niveau provincial et même national. Parmi les plus impressionnant, nous ne pouvons passer sous silence l’exploit de Caroline Sylvestre qui a obtenu le premier titre individuel canadien d’un membre du Club. C’était en 1985 chez les 14 ans et moins filles. Par la suite, Caroline remportera le championnat national chez les 17 ans et moins en 1989 en plus de se mériter le titre de junior de l’année en 1988.

CONSOLIDATION

Les années 90 auront été les années de consolidation de notre Club. Une croissance extraordinaire du membership (près de 150 membres), des entraîneurs salariés de plus en plus compétents, la tenue de plusieurs évènements d’envergure , une importante récolte d’honneurs et de prix dans les différents secteurs et ce sans oublier la présence d’un C.A de plus en plus actif et combien solide résument bien ces années de prospérité.

Depuis 1987, le Club TOPS aura été élu le Club de l’année à 10 reprises (dont 5 fois de suite de 1994 à 1998).

Tant qu’à y être, retraçons les quelques réalisations importantes pour notre Club et ses bâtisseurs.

Tout d’abord, Pierre-Paul Rouleau (4 fois athlète junior de l’année au Québec, Champion Canadien junior à 3 reprises et maintes fois champion provincial). Par la suite, J-Philippe Champagne (Champion canadien junior en 1991).

De plus, plusieurs autres honneurs reçus par le Club méritent d’être soulignés. Rodrigue Bédard a remporté plusieurs titres : Officiel de l’année en 1992, Entraîneur de l’année élite en 97, 98 et 99, Danielle Martel et Lucie Sylvestre ont remporté le titre de bénévole de l’année dans un intervalle de 11 ans. Jean-Philippe Champagne (1 fois) et Rémi Tremblay (à 2 reprises) ont déjà remporté les honneurs d’entraîneur de l’année développement.

Nous devons absolument souligner de façon toute particulière les nombreux accomplissements de l’une de nos ambassadrices. En plus de posséder une personnalité hors du commun, cette athlète d’exception aura joué un rôle extrêmement important dans l’histoire du Club T.o.P.S. Vous aurez sûrement deviné que je parle de Marie-Christine Roussy. Il me serait tout simplement impossible d’étaler tous les titres et toutes les différentes participations à d’importantes compétitions internationales mais je vais quand même tenter d’en nommer quelques uns : Tout d’abord, participations aux Jeux Olympiques, Athènes et Sydney, elle a participé aux Championnats du monde à Paris en 2003, elle a aussi participé aux Jeux du Commonwealth à Manchester en 2002 en plus de tous ses titres provinciaux et nationaux comme ses titres de championne canadienne junior 17 ans et 14 ans. Plusieurs autres résultats seraient aussi à souligner.


Par la mise en place d’un club aussi bien structuré, plusieurs athlètes ont décidé de s’établir à Repentigny. Le principal objectif était dde s’entraîner dans un contexte d’encadrement de haut niveau. Quelques noms de joueurs me viennent à l’esprit présentement, je pense notamment aux deux amies , Anne Boissonneault, from St-Pierre Les Becquets et Marie-Eve Richard (directement de St-Sylvaire). Finalement, il ne faut pas oublier Mathieu Raymond de St-Hilaire by the sea.

La mise en branle de camps de jour, en collaboration avec la ville de Repentigny, à la fin des années 1990 servira de tremplin pour l’émergence de nouveaux talents.


La tenue d’évènement comme les championnats canadiens juniors et seniors en 1992, les championnats juniors québécois n 1996,
Tellement de bons souvenirs jaillissent de ces années que nous croyons que l’ideal serait de demander à un joueur du Club qui a été et qui est toujours un icône pour le Club. Évidement, l’objectif étant de ne pas faire de jaloux ce soir


Restructurations de 2000 à aujourd’hui

Malgré le nombre grandissant de clubs structurés au Québec, ToPS a réussi à perpétuer la tradition gagnante qu’il a développée. En commençant par une victoire au Championnat canadien 2000 à St-Hyacinthe de Steven Samson sur Bence Csaba . Ce match fût tout un spectacle pour les nombreux fans présents.

Par la suite, en 2001 le Club décida de se lancer dans une toute nouvelle aventure en créant le nouveau programme Sport-Études tennis de table au secondaire officiellement reconnue par le ministère. Deux (2) athlètes ont fait parti de la première cuvée, Yannick Laliberté et Maxime Tremblay. Ce dernier est d’ailleurs le premier gradué du Sport-Études repentignois. Depuis ce temps, le Sport-Études est en pleine solidification.

Le Club est donc officiellement reconnue comme un centre excellence québécois au même titre que Québec et Montréal. Ceci est possible grâce aux respects de plusieurs critères établis par le ministère et la fédération au niveau de la certification des entraîneurs, nombre d’heures d’entraînement offerts et autres.

En conclusion, « la petite histoire d’un grand Club » nous permet de rêver et d’espérer au jour où nous aurons l’occasion de vous raconter les 25 prochaines années.

Mise à jour le Mardi, 06 Novembre 2012 19:41